mardi 16 juin 2009

Le petit poussait...

www.altphotos.com

Ce soir, je vais écrire autrement. Vous raconter l’origine de ce texte. J’ai croisé tout à l’heure du regard un vase à haut col dans lequel j’avais exposé des cailloux ramassés dans la mer en Italie. Je me suis dit, je vais faire une photo de ces cailloux et écrire peut être sur le Petit Poucet… Et là, je ne sais pas pourquoi, j’ai lu dans ma tête « le petit poussait ». (Désolée si je vous fatigue par cette introduction un peu longue). J’ai ensuite repensé à cette photo. Je n’étais pas blonde mais…

Le petit poussait,
La petite ne grandissait pas…
Ils étaient amis,
Lui pouvait s’imaginer
Ramasser des cailloux
Dans la forêt…
Elle, ne sortait guère…
Son père n’aurait pas pu la perdre,
Il ne marchait pas…
Elle se grandissait,
A sa façon…
Pas forcément des chignons,
Elle se disait professeur,
S’enfermait dans le cagibi
Avec ses craies et son tableau noir…
Elle essayait de faire enfin comprendre
A ses élèves imaginaires
Son amour des équations…
Quand son père est parti au ciel,
Elle s’est mise à grandir
Espérait-elle l’approcher de plus près ?...

14 commentaires:

anne des ocreries a dit…

Oh, Kat...j'ai eu les larmes aux yeux à lire ce texte.
Disons que je te serre dans mes bras, très fort, de loin...
Magnifique billet, vraiment. Et, non, ton introduction ne fatigue pas, elle est très bien.
Bises.

Jorge a dit…

Magnifique, si j'ai bien lu au travers des lignes...

Bluebird a dit…

Je ne saurais dire mieux que Anne et Jorge. Très ému aussi.
Je t'embrasse fort.
Thierry

Nina a dit…

Ce texte me touche Je crois qu'il y a chez chacun de nous un fil qui relient les enfants que nous avons été aux histoires que nous nous sommes racontées et celles qui nous ont construit...

Françoise a dit…

Aurait-on sensiblement la même histoire, Kat ?...
Etrange... en tous cas, et très belle, ton histoire.
Douce soirée à toi, belle amie.
Je t'embrasse fort.

Kat Imini a dit…

Anne, je t'avoue que moi aussi j'ai eu les larmes aux yeux, merci très fort pour tes bras, même de loin. Bises aussi.

Kat Imini a dit…

Je te fais confiance Jorge, merci à toi aussi.

Kat Imini a dit…

Je sais ta sensibilité Bluebird, je t'embrasse fort aussi.

Kat Imini a dit…

Nina, oui nous nous sommes, malgré tout, tous construits à travers nos histoires, la preuve nous sommes là encore, tant bien que mal, plutôt bien, je pense.

Kat Imini a dit…

Encore quelque chose en commun Françoise, c'est bien possible, après avoir lu ton article, je le pense aussi, étonnant que nous abordions ce sujet le même jour. Je t'embrasse très fort.

Françoise a dit…

Oui, Kat, c'est étonnant, et pourtant, nous ne nous sommes pas concertées...
Douce nuit à toi, ma belle.
Je t'embrasse fort.

Kat Imini a dit…

Une forme de proximité de plus sans doute Françoise, douce nuit à toi, je t'embrasse fort.

autrement moi a dit…

Il est bien dommage que ce soient les douleurs qui nous fassent grandir... Et il est tout aussi dommage de ne pouvoir vivre plus tard une enfance avortée.
Bises à toi tout plein.

Kat Imini a dit…

Oui Autrement moi, "il est bien dommage", je suis d'accord, mais c'est comme ça, il faut faire avec et tenter d'en "sortir" le meilleur. Tes "bises tout plein", je les savoure et t'en remercie, je sais leur valeur, je t'embrasse.