mercredi 21 octobre 2009

Un certain temps...

Un certain temps que je n’écris pas au jour le jour… Que je rends visible des textes sortis d’un tiroir… Ils sont révélateurs à plusieurs titres. J’ai eu plaisir à les mettre « en lumière », les redécouvrant moi-même.

Mes mots sont capricieux, j’aime écrire mais j’ai souvent du mal à le faire. Peut-être parce que j’ai du mal avec la « création ». J’ai besoin d’un support, les photos en sont un. Elles m’inspirent des textes brefs, comme je l’ai souvent fait ici.

Je suis sans doute un peu faible, dans le sens du lierre, j’ai du mal à me hisser seule, j’ai besoin d’un chemin, ou plutôt d’une gare de départ, sourire, le chemin de faire…

Après, je ne construis rien, je laisse mes doigts transcrire mes pensées en direct, je ne reviens que sur la forme, jamais sur le fond.

Je ne sais pas pourquoi je vous dis cela, j’avais sans doute besoin de conclure ces « Echanges de couleurs », pour pouvoir passer à autre chose, peut être…

Cette photo, qui image mon propos, est symbolique, l’ombre de l’inspiration…

6 commentaires:

Françoise a dit…

Bonsoir Kat,
Contrairement à toi, je n'arrive pas à écrire avec un support. Ni m'installer devant une feuille blanche, là, c'est pire que tout. Il faut que les mots arrivent tout seuls. Bien souvent, les textes ou poèmes que j'ai mis sur mon blog, ont été écrits en 20 mns, sur le coup d'une émotion, d'un ressenti. Parfois aussi, le soir, alors que je suis déjà couchée, j'ai plein de mots qui arrivent, alors je vais vite les mettre sur un papier avant de les oublier. Mais je ne sais pas écrire sur commande, j'aimerais pourtant.
Voilà... sourire.
Bonne nuit, ma douce Kat.
Je t'embrasse fort.

PS : je vais bientôt aller faire un petit tour à Lyon, je te ferai signe, si tu as un moment, on ira boire un thé ensemble... sourire

anne des ocreries a dit…

Ne dis-t-on pas "les affres de la création" ? Tous ceux qui écrivent.....écrivent (sourire), mais chacun a sa voix, chacun a son débit, son "starter", son style, donne sens à l'écrit selon ce qu'il est ; nous faisons nos mots autant qu'ils nous font. Et nous sommes ce que nous écrivons, nous écrivons ce que nous sommes.
Bises ma Kat, portes toi bien !

☼ FRANCE ☼ a dit…

Bonsoir je suis chez toi car ta photo ressemble un peu à celle d'un de mes blog et je te dis que j'adore cette ombre que je ne connais pas bonne soirée

Philippe a dit…

Un moment de temps ? Un éclair de lumière ?

Karl Chaboum a dit…

Si je te prenais comme ombre, Kat, serais vite inspiré.
C'est bien d'exprimer ainsi ta mécanique d'écriture, tu te dénudes facilement (on peut n'est-ce pas utiliser ce verbe sans arrière-pensée, ce qui te va bien car on sait comme tu es, sans pudeur dans tes pensées).
Je voulais rester simple, voilà que je m'entortillonne!
Pour un certain temps seulement.

Kat Imini a dit…

Françoise : Merci de ton passage, j'ai un peu tardé à répondre, je m'étais un peu éloignée, un certain temps... Sourire. N'hésites pas à me prévenir quand tu passes, je ferai tout pour trouver un moment. je t'embrasse fort.

Anne : Oui, "nous faisons les mots autant qu'ils nous font", nous les faisons, ou du moins les assemblons comme bon nous semble, c'est l'essentiel. Bises.

France : Merci de ton passage, je l'aime bien moi aussi cette ombre, sans la connaître plus que toi.

Philippe : Un éclair de lumière, c'est parfois avant l'orage. Un moment d'temps a ma préférence, je suis attachée à cette expression.

Karl : Je ne sais si mon ombre serait très inspirante... Suis-je sans pudeur dans mes pensées, les écrire les rend visibles, donc peut-être effectivement, merci de tes passages ici qui me font toujours plaisir.