samedi 21 février 2009

Y croire...

www.altphotos.com

Regardez…
Un sommet de colline
Un arbre,
Des nuages…
On s’y croirait…
Suggérer c’est aussi créer l’émotion.
Comme à la lecture d’un livre
Qui nous emporte,
Les personnages nous deviennent familiers,
Nous les comprenons,
Les aimons,
Ou les détestons…
Suggérer…
C’est entrebâiller une porte,
Libre à chacun
De la pousser
Ou de passer son chemin…

11 commentaires:

Jorge a dit…

C'est exactement ça : suggérer c'est donner envie de connaître, de partager, de comprendre.
Je trouve que tes mots sont particulièrement justes et bien choisis.

Kat Imini a dit…

C'est "drôle" Jorge, en lisant tes mots qui commentent les miens, j'ai pensé de suite à ton blog, qui donne envie de connaître, de partager de comprendre. Serais-tu Le "Suggestionneur" ? Sourire, je t'embrasse.

Kat Imini a dit…

J'ai "juste" oublier de te dire Jorge : merci pour ce que tu as écrit, qui, venant de toi, est un très beau compliment pour moi.

Jorge a dit…

Non, je suis simplement quelqu'un qui éprouve des sensations, des sentiments,et qui souhaite les faire partager par d'autres. En effet mon blog c'est un peu ça le fil conducteur...et je trouve qu'à ta façon tu y réussis aussi très bien.

Kat Imini a dit…

Bon... alors, je rougis et me tais...

http://le-barbier.blog.fr a dit…

Il faut pourtant le croire...c'est le 366 ème textes d'un blog, qui j'en suis certain sera plus que bissextile..

Avec son fauteuil flottant, ses paradoxes des mots et son trompe-l'oeil imagé...

Ils s'accordent dans des notes d'une musique uniquement guidée par des improvisations drôlement(dans le sens joliment) exécutées.

Kat Imini a dit…

Merci Le barbier pour tes compliments que je prends et déguste, juste une remarque, je sais je radote, tes mots me manquent, j'aime ce que tu écris "chez Toi".

Françoise a dit…

Ce soir, Kat, je ne ressens pas les mêmes choses que toi en regardant cette photo. Le titre qui m'est venu en la voyant est : Réalité illusoire...

Bonne soirée à toi, belle amie.
Je t'embrasse fort.

Kat Imini a dit…

Françoise, c'est bien aussi nos différences, tant que nous en parlons et respectons l'autre, ce qui est "largement" le cas. Je te dirai quand même que tu sais toi même que ce n'est pas une réalité, puisque tu la qualifies d'illusoire. Un peu comme les enfants qui savent que les contes sont des contes, mais aiment à s'en laisser bercer. Je t'embrasse très fort Belle Amie aussi, sourire.

Karl Chaboum a dit…

Un brocoli noir
planté dans un oreiller
avec comme arrière-plan
les plumes d'une bataille blanche.

Quelle sauce piquante
pour un roman sans sang !
Y aura qu'à peindre l'oreiller vert
le brocolis blanc
qui semble-t-il n'aura pas d'enfant
nous laissera donc blanc dormants.

Kat Imini a dit…

Je suis d'accord avec ce que tu écris Karl, amplement d'accord. Le faux nous induit en erreur et détourne la réalité et la pensée. Mais, comme je le disais à Françoise, quand le faux est intentionnellement montré, c'est différent, nous gardons notre libre arbitre, comme un dessin animé qui fait rêver tout en sachant qu'il n'est que dessin animé...