mercredi 4 février 2009

Le chemin... Ou la route...

www.altphotos.com

Le chemin à prendre
Est parfois indiscernable…
Problème d’adaptation,
C’est ce que l’on dit
Quand la vue se trouble…
Là en l’occurrence
Un seul chemin
Ou une seule route,
Encore faut-il s’y engager…
Et le tournant, le virage,
Font douter.
L’entrée du bois
Et son ombre portée
Ne font que rajouter
A l’hésitation…
Cependant,
Oser, se rapprocher,
Corrigent bien souvent
Les problèmes de vue…
La clairière est sans doute
A portée…
C’est le premier pas qui coûte…

10 commentaires:

En passant a dit…

Certains disent que, dans une forêt, lorsque l'on s'est perdu, il n'y a qu'une solution : marcher toujours tout droit. On ne sait pas où l'on sortira, mais on sortira. DE même, si l'on attend de connaître le chemin avant de l'emprunter, on n'ira jamais nulle part. Aller, les yeux grands ouverts, avec confiance, en sachant que l'on a toujours la liberté de s'arrêter, si l'on sait qu'il vaut mieux le faire. Sinon, avancer, d'un pas léger,pour jouir du chemin, du paysage, de la nouveauté. Quand un pas coûte, il ne faut pas le faire, même pas le premier. Le premier ne vaut que s'il est déjà plaisir.

Françoise a dit…

C'est le premier pas qui coûte... Mais le premier pas vers quel chemin ? Je pense qu'une fois que l'on a défini le chemin que l'on va prendre, le premier pas ne devrait pas coûter, il devrait être au contraire léger et joyeux...

Je passe tard ce soir, Kat. Juste à temps pour te souhaiter une bonne nuit.
Je t'embrasse fort.

Monsieur Bouton a dit…

"Caminante, son tus huellas
el camino, y nada mas ;
caminante, no hay camino,
se hace camino al andar.
Al andar se hace camino,
y al volver la vista atras
se ve la senda que nunca
se ha de volver a pisar.
Caminante, no hay camino,
sino estelas en la mar."

Antonio Machado

Grande question ! a dit…

"Ne demande pas ton chemin, tu pourrais ne pas te perdre"..
Je ne sais plus qui l'a dit, mais j'aime assez l'idée que c'est en se perdant que l'on se trouve.
Je t'embrasse Kat, toujours un plaisir de passer par ici.

Corinne

Kat Imini a dit…

En passant, "marcher tout droit", suivre son chemin, il faut effectivement le choisir avant de se mettre à marcher... Intéressant d'en "parler". Chacun a parfois du mal à situer son interrogation...

Kat Imini a dit…

Tu as raison Françoise, mais tant que le premier pas n'est pas fait, le chemin n'est pas implicitement choisi... Je pense... Douce soirée et bonne nuit à toi, je t'embrasse très fort (tu passes à l'heure qui est la tienne, sourire, la porte t'est toujours ouverte).

Kat Imini a dit…

Monsieur Bouton, très beau poème, merci, si toutefois certains ne cliquaient pas sur ton "pseudo", je me permets de retranscrire ici la première traduction trouvée sur ton lien, c'est si beau que je m'en fais un plaisir :
Marcheur, ce sont tes traces
ce chemin, et rien de plus ;
Marcheur, il n'y a pas de chemin,
Le chemin se construit en marchant.
En marchant se construit le chemin,
Et en regardant en arrière
On voit la sente que jamais
On ne foulera à nouveau.
Marcheur, il n'y a pas de chemin,
Seulement des sillages sur la mer.

Traduction de José Parets-LLorca

Kat Imini a dit…

Corinne, heureuse de te relire ici, je n'avais pas réussi à te retrouver encore... Sourire. J'aime énormément ta citation, oui je suis d'accord avec toi, il faut se perdre pour se trouver. Donnes de tes nouvelles, je t'embrasse.

Monsieur Bouton a dit…

"Ne demande pas ton chemin à quelqu’un qui le connaît, tu risquerais de ne pas te perdre. »

Rabbi Nachman de Breslau

Kat Imini a dit…

Merci pour les références, Monsieur Bouton.