mardi 3 août 2010

Le voyage et les bagages...

Nous partons tous,
Enfin, je pense,
Avec une envie d'ailleurs...
Mais nous partons aussi,
Avec nos bagages,
Notre sensibilité,
Ces tournesols istriens,
Qui ne diffèrent en rien des nôtres,
M'ont malgré tout attiré l'oeil...
Et puis,
Encore des portes,
Toujours des portes,
Belles,
Encore à mes yeux...
Belles dans leur abandon,
Leurs semblants d'inutilité...
Leurs histoires,
Parfois si finies,
Qu'elles se sont murées dans le silence...
Et pourtant,
La vie est encore là,
Tout à côté,
Discrète,
Improbable...
Et si nous prenions un peu de hauteur...
Un peu d'air...
Et de mer...
Un peu d'horizon...

6 commentaires:

Hubert a dit…

On te suit, on te suit Kat...
C'est vrai les tournesols ressemblent fort à ceux que je connais!...
Bien les portes!
Je t'embrasse

Françoise a dit…

Oui, bien sûr, nous partons tous avec une envie d'ailleurs, comme tu le dis si bien, avec nos bagages, et notre sensibilité.
Mais nos bagages, eux, ne pourrait-on pas les laisser ailleurs lorsqu'on part ?... ne pourrait-on pas les déposer quelques temps, eux aussi, dans un coin, les oublier un peu...
Encore de bien jolies photos, ma Kat :-)
Oui, on te suit, on te suit, pas de problème (sourire).
A très bientôt, dès que je peux ;-)
Je t'embrasse fort.

Jorge a dit…

Cette côte est magnifique !

anne des ocreries a dit…

Ah, ce sont réellement de très jolies images, des images à rêver, des voyages inventés.....j'en reviens pas, c'est beau. C'est très beau.

une libellule a dit…

Les photos sont belles et dépaysantes, je crois que je partage la passion des portes et des poignées, je n'ai pas encore franchi le pas de les collectionner, mais j'en ai trouvé une que j'espère pouvoir prendre en photo. Pas de photo de rencontres, trop de bagages qui t'accompagnaient? Je suis d'accord avec Françoise, ce serait bien de trouver une consigne pour tous les bagages! Bises et bon courage pour la reprise.

Kat Imini a dit…

Tant mieux Hubert, j'en suis ravie ! Toi aussi tu trouves que les tournesols ressemblent aux nôtres ? Je t'embrasse.

Françoise, par définition les bagages nous les emmenons avec nous... Je pense que c'est un peu inéluctable, mais ils s'allègent au fil des jours, enfin c'est la sensation que j'ai eue... Je t'embrasse fort.

Oui Jorge, mais ce n'est que le début des belles côtes !

Anne, ton émerveillement fait plaisir à lire, rien que pour cela, j'ai bien fait de faire ces photos. Bises à toi.

Une Libellule, c'est drôle, ce soir je raconte une belle rencontre, sourire. Les portes je ne les collectionne pas, mais je ne peux m'empêcher de les voir... Bises, merci pour la reprise, mais ce ne sera que le 16 août, d'ici là je profite encore.