dimanche 27 septembre 2009

La sédimentation...

www.altphotos.com

Et si la sédimentation des pensées,
Des ressentis,
Donnait naissance à un être nu
De toute fausse apparence…
Le construisait,
Feuille à feuille…
Pouvant conduire...
Aussi bien à un désert,
Qu’à un volcan…
Suivant ce qu’il est intrinsèquement.
J’ai parfois la sensation
De me fonder jour après jour…
Je ne sais si vous le percevez aussi,
Des instants fugaces,
Comme une vérité première
Qui s’évapore
Dès qu’elle est « intellectualisée »,
Dans le sens trop réfléchie…
Comme un « Je Sais »
La fragilité,
La douleur
Et surtout la beauté
De la vie…
Ce qui est vraiment important,
Et ce qui ne l’est pas…
Plutôt que de chercher
Le pourquoi du comment
Juste se laisser aller
A respirer consciemment...

11 commentaires:

Philippe a dit…

C'est ce qu'on appelle la Sagesse, Non ?

Kat Imini a dit…

Philippe, c'est gentil de m'aider ! Sourire. Il n'empêche, le fait que tu trouves le mot suite à mon "explication torturée" me rassure, je suis compréhensible et comprise, rire.

anne des ocreries a dit…

Juste se laisser aller, oui, respirer consciemment, oui, et c'est bien en effet une forme de sagesse, oui. C'est un joli billet, ma Kat, accompagné d'une image belle à couper le souffle, et qui t'as inspiré de belles pensées - tout à fait compréhensibles, rassures toi ; Simon devrait arriver demain chez moi.....
Je t'embrasse fort !

Françoise a dit…

Oui, arrêter de chercher le pourquoi du comment. Se laisser aller, respirer... Comme ce doit être bien et reposant... J'aimerais y arriver...

Mon week-end s'est bien passé, Kat. Nous avions la garde du petit Timothé pendant que ses parents étaient de fête. J'en ai profité au maximum, il est vraiment adorable. C'est un bébé câlinou. Il adore faire des câlins et qu'on lui en fasse. Il est trop mignon.

Bonne fin de dimanche et bon début de semaine, ma douce amie.
Je t'embrasse fort.

À fleurs de peau a dit…

Un simple souffle venu d'une douce bouche étalera sa nudité et la rendra frémissante.
Autant elle se cachait, intentionnement, d'un voile, autant elle se le fera enlever sans résistance.
Ainsi étaient-ils dans le jardin d'Eden, ne se laissant caresser que par les feuilles... et des doigts parfaits.

Bluebird a dit…

Et si cette sédimentation, au contraire, c'était les masques que nous portons qui se figent ? Le masque pour le boulot, le masque pour les amours, le masque pour la famille, le masque pour les amis... Si c'était tout ça qui finissait par former une croute, une carapace ?
Très bel article, chère Kat.

Je t'embrasse fort.
Thierry

J&C a dit…

Alors pas ce soir?

Françoise a dit…

Je passe t'embrasser très fort, douce Kat.
Je pense à toi et à ta maman.

JC a dit…

Seul sans vous...

anne des ocreries a dit…

Bises, ma Kat, j'espère que ça va....

Kat Imini a dit…

Anne : Désolée du temps de réponse un peu long, cette image est très belle et si pleine de sens, je sais que Simon est arrivé, me voilà rassurée. Je t'embrasse fort aussi, je vais, ne t'inquiètes pas.

Françoise : Ne plus se poser de questions, un peu comme lorsque l'on dort, ça repose, sourire. Je t'embrasse fort.

A fleurs de peau : C'est beau le paradis !

Bluebird : Je crois que ce sont deux phénomènes parallèles, bien sûr nous nous adaptons à ce qui nous entoure, mais la vie nous aide aussi à savoir qui nous sommes. Je t'embrasse fort Thierry.

JC : C'est gentil de l'écrire, sourire.