dimanche 22 mars 2009

Sur les pavés...

Merci à Marie, Elle, toujours aussi intuitive…
Cette photo elle me l’a offerte,
Elle a pensé à moi en la faisant,
J’en suis certaine,
Preuve d’une extrême proximité

Sur les pavés,
Les pas de ceux qui sont,
Qui passent…
Sur les pavés,
Des mots posés,
Une lettre perdue,
Laquelle ?
Un « O » d’admiration
Et d’amOur exprimé ?...
Un « A » d’étonnement
Ou de dédicAce ?
Un « I », presqu’Il ?
Un « E » d’hésitation ?
Un « U » d’encouragement
Ou de domination ?
Et les cons sonnent ?...
Malheureusement non…
Un message sans bouteille,
Qui n’a pas trouvé la mer,
Sous les pavés la plage…
Mais la marée s’est retirée…
Une lettre à Nonyme,
Une lettre ouverte,
A qui se penchera et la lira…
Il n’est pas sûr qu’elle ne finisse pas
Dans une benne à ordures…
Que de mots perdus
Faute d’être lus…

14 commentaires:

Françoise a dit…

Bonsoir Kat,

Je ne sais pas qui est cette Marie, mais sa photo, ou elle (Marie), t'a inspiré de biens jolis mots, pleins de sens, où l'on perçoit beaucoup d'émotion, de nostalgie, un peu d'amertume aussi. J'aime beaucoup.

Belle soirée à toi, ma douce.
Je t'embrasse fort.

Kat Imini a dit…

Marie est quelqu'un que j'aime beaucoup, que j'aime tout court. Elle m'est proche par lien familial, très proche par lien affectif et humain, c'est un être qui m'est cher, très cher. Je t'embrasse fort aussi Françoise.

Françoise a dit…

Juste parce que j'y pense et que ton texte s'y prête : mon deuxième prénom est Marie...

Bisous doux, et douce nuit, Kat.

Kat Imini a dit…

Encore un lien... Pour la petite histoire, Marie est le prénom de ma grand-mère maternelle avec qui, par le fruit du hasard et des circonstances (je lui accorde le bénéfice du doute, j'étais peut être trop jeune pour comprendre), je n'ai eu aucun lien affectif. Donc un prénom qui évoquait pour moi plutôt la froideur et quelque part le manque de respect. Puis, j'ai croisé Marie, que je cite ce soir, elle m'a réconciliée avec ce prénom. Etonnant d'ailleurs ces connotations du vécu qui collent à des prénoms et qui nous font les détester ou les aimer... Pavlov quand tu nous tiens...

Karl Chaboum a dit…

Innocents pavés
usés par présent et passé

On vous foule depuis
Grecs et Romains
et jamais ne dites rien

N'avez aucun message à transmettre
ne vous prenez
ni pour bouteille ni pour mer

Ah si l'homme se prenait
pour des pavés
on lui marcherait dessus
sans qu'il regimbe
moins de mots couleraient
sous les ponts
et plus nombreux seraient
ceux qui boiraient
les précieux mots
dans les flocons
gisant là
sur les pavés

Nina a dit…

Je passe presque quotidiennement, souvent silencieusement...
Comme sur la côte pour l'air marin, je respire l'air des mots, le plaisir de l'alliance, de la reliance... Merci!

Marie a dit…

Merci de donner vie à ses mots perdus sur le pavé, moment de vie volé, moment de vie gardé!
Merci de donner plus de vie à mes photos. L'oeil et la main s'accordent bien....
Marie

barbara a dit…

Vraiment très belle photo noir et blanc, un côté intemporel, ouvrant la porte à toutes les interprétations de notre imaginaire.... beaucoup de nostalgie dans ces mots....
Belles alliance de l'esthétique et des mots...

Bonne journée en couleurs

Barbara

Kat Imini a dit…

Oui Karl, les choses pourraient parfois nous en apprendre, témoins de tant d'errances, d'erreurs, de mots blessants, du meilleur et du pire, un peu d'humilité serait souvent nécessaire à l'Homme...

Kat Imini a dit…

Nina, tu ne pouvais pas me faire plus beau compliment, j'aime l'air de l'océan, qui vivifie et donne à sentir, merci de tes passages appréciés et de tes mots qui ne le sont pas moins.

Kat Imini a dit…

Bienvenue Barbara, vraiment très beau prénom... Oui cette photo de Marie est intemporelle, elle donne à dire ou à penser. Belle soirée à toi aussi en couleurs.

Kat Imini a dit…

En plus, tu m'offres tes mots Marie, en plus de ta photo. L'oeil et la main s'accordent bien, oui, pas seulement, pas seulement, sourire, je t'embrasse fort.

Anonyme a dit…

Paris, le 24 mars 2009,

Kat-Imini,
Sur les pavés qui composent un jeu de pousse-pousse, au hasard des déplacements du sable, la lettre ouverte est est apparue, lieu du corps... ???

"" Y ""

Enjambant la Seine qui se mouille dans la Manche, ils se succèdent, pour vous rejoindre Kat, j'hésite, je traverse le Pont Marie...

Le vent emporta la lettre cerf-volant... les mots perdus ? Ils sont liés en phrases messagères, elles sont récit d'appel.

Bonjour ;

AAnonYme

Kat Imini a dit…

AAnonYme, les mots ne sont jamais perdus, enfin je l'espère vraiment...