samedi 16 avril 2011

Portraits de femmes (14)


Portraits de femmes (14) La femme Barbara... Qui se fond dans le décor, Noir j'ai... Cheveux et robe... La dame en noir... Dont le teint éclaire... Les yeux tournés vers l'ailleurs, Une mélancolie qui ne demande Qu'à disparaitre... Un état qui lui sied En apparence seulement... Dis, quand reviendras-tu ? Semble-t-elle se demander A elle-même...


12 commentaires:

Anonyme a dit…

Barbara
DIS, QUAND REVIENDRAS-TU
Paroles et musique: Barbara


Voilà combien de jours, voilà combien de nuits,
Voilà combien de temps que tu es reparti
Tu m'as dit: "Cette fois, c'est le dernier voyage"
Pour nos coeurs déchirés, c'est le dernier naufrage
"Au printemps, tu verras, je serai de retour
Le printemps, c'est joli pour se parler d'amour
Nous irons voir ensemble les jardins refleuris
Et déambulerons dans les rues de Paris!"

REFRAIN:
Dis, quand reviendras-tu?
Dis, au moins le sais-tu
Que tout le temps qui passe
Ne se rattrape guère...
Que tout le temps perdu
Ne se rattrape plus!

Le printemps s'est enfui depuis longtemps déjà
Craquent les feuilles mortes, brûlent les feux de bois
À voir Paris si beau en cette fin d'automne
Soudain je m'alanguis, je rêve, je frissonne
Je tangue, je chavire, et comme la rengaine
Je vais, je viens, je vire, je me tourne, je me traîne
Ton image me hante, je te parle tout bas
Et j'ai le mal d'amour, et j'ai le mal de toi

REFRAIN

J'ai beau t'aimer encore, j'ai beau t'aimer toujours
J'ai beau n'aimer que toi, j'ai beau t'aimer d'amour
Si tu ne comprends pas qu'il te faut revenir
Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs
Je reprendrai la route, le monde m'émerveille
J'irai me réchauffer à un autre soleil
Je ne suis pas de ceux qui meurent de chagrin
Je n'ai pas la vertu des femmes de marins
[au masculin: ... des chevaliers anciens]

REFRAIN
resli

Kat Imini a dit…

Elle est belle cette chanson, très belle, mots et manière de les dire, merci Resli de les avoir ici écrits.

Françoise a dit…

Elle se cherche, Kat, mais elle finira bien par se trouver, par se retrouver... la belle dame brune... (sourire)
Douce nuit à toi, mon Amie.
Je t'embrasse fort.

moments égarés a dit…

Qu'elle demeure encore aujourd'hui dans l'ombre de l'ombre de Brel, Ferré et Brassens, m'étonne toujours... Serait-ce parce que justement c'était une femme???
Je t'embrasse...

Hubert a dit…

Je me souviens...un concert en 87 à Metz, les poils se dressaient sur les bras...
Barbara, la Femme..Elle est toujours là...
Merci Kat, je t'embrasse

Philippe a dit…

Je l'ai vu a Rennes en 1980 ou 81, et comme Hubert je me souviens de frissons notamment pendant "L'aigle noir" comme s'il planait sur la salle.

Kat Imini a dit…

Sourire Françoise, merci, je t'embrasse fort.

Luc, injustement oui c'est bien possible. Je t'embrasse fort.

Hubert, j'aurais bien aimé la voir, je comprends ce que tu décris, le même phénomène se produit pour moi quand je l'écoute en la regardant. Heureuse de te lire je t'embrasse.

Oui Philippe une présence indéniable, il est des êtres si sensibles qu'ils communiquent des ressentis, comme un language d'ondes. J'ai senti cela aussi quand j'ai vu Bashung, même s'ils sont différents. Je t'embrasse.

Rénica a dit…

Un bel hommage Kat à cette femme magnifique qui m'a toujours fascinée par la force qu'elle portait en elle... et cette chanson...

julie70 a dit…

Merci pour cette chanson et cette voix magique, dans la voix on entend l'attent, curieusement cela ne se voit sur son visage,

mais oui, on attend et attend, mais finalement, si on ne veut pas mourir du chagrin, il faut arreter d'attendre et agir, revivre

Kat Imini a dit…

Oui Rénica, la femme et cette chanson sont émouvantes. Bises.

Julie, tu as raison, elle ne montre pas trop son attente, les mots, les intonations sont là pour ça. Il faut revivre, oui, je t'embrasse.

anne des ocreries a dit…

Oui, elle est belle, mais trop bien léchée cette beauté-là, trop "fantasmée"....on a envie de la secouer et de lui dire : " au lieu de t'attendre, quand vas-tu vivre, bon sang ?" ! :)

Kat Imini a dit…

On a envie de lui dire, oui Anne, il faut lui dire, comme un signe d'empathie, après qui est on pour savoir ce que l'autre a vécu ? Et aussi, ce que nous serions capables de faire dans la même situation...