mercredi 10 mars 2010

Le Colonel Arnaudet...

Le Colonel Arnaudet…
Ce tableau,
Que j’ai toujours connu
M’a aussi toujours fascinée…
Le personnage,
D’abord,
Un oncle d’un autre temps,
Dont on me parlait souvent,
Mais dont je ne sais pratiquement rien.

Le regard qui m’effrayait,
M’impressionne encore.
Bien que j’avoue n’avoir guère de goût
Pour l’armée…
Maintenant, qu’il est dans mon salon,
Je l’envisage autrement…
D’abord, comme un travail d’artiste,
Qui a su traduire
Au fusain
Une presque photographie,
Les ombrés, les traits,
L’expression
Sont saisissants…
Et puis aussi ce regard…

Incroyable d’intensité…


Se rapprocher
Isoler l’œil
Le rend plus accessible,
Me semble-t-il…
Démilitarisé…

7 commentaires:

une libellule a dit…

Effectivement, de prime abord, il est assez intimidant voire effrayant...un peu, la dernière photo de l'oeil isolé est plus lumineuse et pacifiée mais je ne suis pas sûre que l'effet est le même si on (re)garde les deux yeux. Il y a comme ça des tableaux qu'on garde par habitude et qui pourtant ne sont pas neutres dans leur influence sur nous. Un grand tableau d'une jeune fille a l'air perdu et évanescent trône sur ma cheminée car offert par ma grand-mère qui me retrouvait dans ce portrait qui m'inquiète...

Hubert a dit…

...l'oeil, se faisant caméléon
au gré de nos émotions...

julie70 a dit…

Me parait triste et désabusé, tout son expression, tout à fait contredisant son beau uniforme.

Cela a dû être peint par un fin observant! dis davantage que peut être était leur intentions, d'ailleurs.

anne des ocreries a dit…

L'oeil sévère, c'est celui de ces hommes qui ont connu le carnage des combats...mon père, sur ses photos de guerre, avait un peu ce genre de regard.....
Il est de tes aïeux, donc ?
Belle technique de fusain !

Françoise a dit…

Oh oh ! tu avais donc un oncle colonel... :-)
Oui, c'est vrai qu'il est très intimidant. Mais si tu ne regardes que son oeil, en effet, tu le perçois différemment, et tu peux presque remonter dans le temps et imaginer ce qu'il regardait, ce qu'il voyait, ce qu'il ressentait...
La personne qui l'a dessiné était très douée, c'est un portrait magnifique.
Bonne soirée, ma Kat.
Je t'embrasse fort.

Jorge a dit…

Magnifique portrait !

Kat Imini a dit…

Une libellule, heureuse de te relire ici. Tu as raison, isoler un oeil lui rend plus de douceur. Oui ces tableaux que l'on garde ont un sens, les garder en est déjà un. A bientôt j'espère.

Hubert, très belle formule, l'oeil caméléon de nos émotions, j'aime beaucoup.

Julie, ce portrait me semble "parfait", mais je n'en sais rien en fait, je n'ai jamais vu le "personnage" représenté. Cela me fait penser à ce que tu exprimes par rapport à tes "discours", parfois tu penses les avoir bien fait passer, parfois ils sont perçus autrement, pas moins bien, mais autrement. Je t'embrasse.

Tu sais Anne, depuis que j'ai lu ton commentaire, je perçois son regard autrement, tu as, je pense, vraiment raison, ce genre de vécu laisse des traces perceptibles. Merci en tous cas, bises.

Françoise, ce tableau me touche à divers titres, le regard quand tu le fixes est étonnant, cette intensité est due en premier titre à l'artiste qui a su le transcrire et peut être si la transcription est juste à la personne représentée. Je t'embrasse fort.

Jorge, je pensais qu'il te plairait. Depuis que je l'ai "récupéré, la semaine dernière, je fais des recherches, il était, semble-t-il, sur la fin de sa vie, maire de Collonges au Mont d'Or, j'habite pas très loin, la vie est étonnante parfois.