mardi 12 mai 2009

Manque de souffle...

www.altphotos.com

Manque de souffle…
Les mots s’éparpillent,
Se dissolvent.
Sans fil,
Ils se dispersent…
Manque d’inspiration…
Souffler n’est pas jouer,
Dit-on…
Et pourtant,
Comme j’aimais et j’aime encore
Me sentir Eole
Semeuse d’étoiles en plein jour…
Fleur d’enfance sans parfum
Et malgré tout si pleine de senteurs du passé…
La distiller n’amènerait rien…
Le flacon ne lui va pas bien…
www.altphotos.com

16 commentaires:

Bluebird a dit…

N'est-ce pas justement le souffle qui fait semer à tous vents, comme dirait Monsieur Larousse ? Laisses les mots s'éparpiller, ils en sortira toujours quelque chose - et il se pourrait même que ça te surprenne.

Je t'embrasse fort
Thierry

Kat Imini a dit…

Tu as raison Thierry, c'est un peu ce qui s'est passé ce soir, j'avais choisi la deuxième image pour indiquer que je ne savais plus quoi dire, elle m'a amené à autre chose... Merci à toi, je t'embrasse fort.

jean-claude a dit…

Soufflet n'est pas jouet.

jean lehmans a dit…

Dans le cas présent souffler est jouer depuis la nuit des temps des hommes et des pissenlits.
Tu ne manque jamais de souffle !

T'embrasse fort m'dame kat Larousse

Jorge a dit…

Moi aussi, Kat, tu sais, moi dont le métier, le gagne-pain et la passion consistent à écrire, je connais ce type de panne, d'incertitude et de dégoût parfois.
Ce n'est rien , la meilleure solution, pour moi en tout cas, consiste à prendre d'abord une douche, aller me promener, respirer de l'air pur,voir des beautés (sic !!!) vivre et respirer.
Je reviens plus serein et me remets alos à écrire.
Et j'aimerais bien enfin publier mes romans.

À fleurs de peau a dit…

Oh que non !
De sa grosse patte velue,
le gorille prend la petite
et lui joue le coup
de la berceuse,
joue contre joue.

Pourquoi y aurait-il un rapport ?
Il y a bien assez de ceux
des impôts.
Ce matin, le devant de ma maison
pullulait de pissenlits,
petits soleils dont me passerait bien.
Ce soir, en arrivant:
tous disparus, recroquevillés,
face à la terre.
Demain, même gymnastique,
terre pullulante de soleils.
Écrire est une germenastique,
fleuve intérieur
ou pépite source.
Nul ne force les pissenlits
à apparaître ou disparaître,
ils ont cela dans le sang,
beau sang jaune
aux mille pistilles
partant au vent
couvrant d'autres champs.

Que dire quenouilles ?
Assez ! N'entrez point
dans le bal des acteurs
qui déjà foissonnent.

C'est la faut à Ki ?
à Kat
à Koque
à marée basse
à tantôt raz de marée.

Nul n'est inquiet
sinon mini Elle.

Je te quitte,
les coqueliquots
vrillent dans ma fenêtre noire.

Françoise a dit…

Le manque de souffle, nous l'éprouvons tous à un moment donné. Mais il suffit d'attendre un peu, de ne pas les brusquer, et les mots reviennent et redeviennent souffle...

Belle journée à toi, amie Kat.
Je t'embrasse fort.

Kat Imini a dit…

"Soufflet n'est pas jouet", il peut briser un élan ou raviver une flamme...

Kat Imini a dit…

Sourire Jean, je préfère être Kat Larousse que Petit Robert...

Kat Imini a dit…

Prendre un peu d'air, lâcher prise, laisser le fil revenir, je pense que tu as raison Jorge, ne pas s'acharner. A quand alors ces romans ?... Je suis impatiente.

Kat Imini a dit…

Il est attendrissant ce gorille avec sa grosse patte velue, plein de tendresse. Tu nous entraines toujours dans des mondes parallèles Karl, merci.

Kat Imini a dit…

Françoise, je prenais peut être la question à l'envers, ce n'est pas le souffle qui fait les mots, mais l'inverse. Je t'embrasse fort, douce amie.

Jorge a dit…

Bonsoir Kat,
Mais il y en a un qui est terminé,et qui a été refusé par cinq éditeurs. veux-tu des extraits en ligne ?

Kat Imini a dit…

Bien sûr que je "veux" des extraits en ligne Jorge, quelle question ! Sourire.

Helianthine a dit…

Eolement tienne!

Kat Imini a dit…

Sourire Helianthine, merci ! (j'ai bien aimé le point d'exclamation, comme un élan).