lundi 25 mai 2009

Interlude...

Interlude…
La connexion était suspendue…
Elle est ouverte à nouveau…
Mais je me heurte à la porte de mes mots…
Absents, errants, peu inspirés…
Me dire, je ferme cette page,
J’ai du mal,
Alors…
Je vais voir…
Peut-être…
Ça ira mieux demain…

10 commentaires:

Jorge a dit…

Relax, relax Kat...wait and see

Bluebird a dit…

Ca ira certainement mieux demain, Kat, ou, au pire après demain, alors laisses le temps à tes mots de revenir. Ne publies rien pendant quelques jours si tu le désires mais ne fermes pas la porte, non.
Je t'embrasse fort.
Thierry

Karl Chaboum a dit…

Le Zorro français a-t-il des portes roses ?
La mode est à la gentillesse
et non aux coups de fourreaux.

J'ai constaté, dans ma maigre vie
si riche de boulimiques vides,
que plus on est adulé
plus on transpire de ce qu'on va dire.

Si par contre on est seul,
qu'on a mal de seulécriture
qui coule à flot
avec personne pour la boire,
ce mal se transforme
en larmes intarrissables.

Quoi préférer ?
L'adulation avec sèches tourmentes
ou la solitude avec torrents de mots ?

Si on faisait un beau couple,
en tant que duo au piano s'entend,
ce qui ne se peut être,
on écrirait des folatreries
dont tous rigoleraient
se rafraîchiraient,
boiraient.

Ce serait bien,
dans un utopique monde.

Au fil de mes rêveries a dit…

Ils reviendront tes mots

ils reviennent toujours les mots, parfois ils sont tapis dans le silence en attendant que des émois trop intenses se calment
et quand ils sont asséchés c'est de patience qu'ils usent le temps que la main se repose, se ressource
et puis ils reviennent plus vaillants , plus bavards que jamais ils sont chargés de tendre , de larmes de moments heureux,de ressentis tout neufs, parfois de colère ou d'amour mais ils sont là de sang vif et la plume ne s'arrête plus

et pis moi j' trouve que, même absents errants" ..ils restent accrocheurs tes mots et pas si mal inspirés que çà ;-))

Bon Mardi Kat

Rom a dit…

J'aime le titre.
Il titille le petit train de ma mémoire et ma vigilance à déchiffrer son rébus (tu dois, probablement, te souvenir de cette énigme défilant sur wagons)
Don't worry, Kat.
Just a matter of time.

Nina a dit…

Etrange ces fils que nous nouons, intenses et fragiles...
Il y a la personne à qui on s'adresse,
Il y a ceux que l'on côtoie...
Cela devient vite habitude, mais
Comment continuer, évoluer?
A chacun sa réponse...

Françoise a dit…

Ma douce Kat, ne t'inquiètes pas. Les mots vont revenir. Laisse les aller à leur rythme. Fais une pause si tu le juges nécessaire, mais ne ferme pas tout de suite ton blog, ce serait dommage. Il faut parfois faire des pauses si l'on en ressent le besoin. Tu verras, d'ici quelques jours, tes mots vont revenir, avec ton joli sourire...

Je t'embrasse très fort, Kat.

Kat Imini a dit…

Que vous dire à tous, même si j'aime vous répondre un à un, vos mots étant personnels. Ce soir, je fais différemment, je vous remercie un à un et tous aussi. J'ai perdu un peu mes mots, mais pas mes émotions, et ce soir en regardant "les cerfs-volants de Kaboul", j'ai tant ressenti d'émotions que j'avais envie de les partager avec vous, si le coeur vous en dit, j'ai trouvé ce film très beau (sourire, pour ceux qui me "charrient" sur cette expression qui me revient souvent).

Françoise a dit…

J'ai vu ce film, Kat, il est magnifique et bouleversant...

Douce nuit à toi, mon amie.
Je t'embrasse fort.

Kat Imini a dit…

Merci Françoise, douce nuit à toi aussi mon amie.