lundi 11 mai 2009

Le miroir...

www.altphotos.com

Le miroir…
Etonnant objet…
Utile souvent
Lorsque l’on s’en sert
Pour se maquiller
Ou chasser une poussière dans l’œil…
D’autres fois,
J’espère que cela vous arrive aussi,
Il surprend,
Une glace dans un ascenseur
Une vitre qui réfléchit un peu trop,
Et soudain,
Je croise mon regard,
Mon visage,
Ma silhouette…
Je me vois un instant,
Me semble-t-il
De l’extérieur,
Comme une autre,
Une inconnue…
C’est parfois agréable,
Parfois non,
Tout dépend du jour,
De l’angle de vue…
Je vous rassure,
Cela ne dure pas…
Pendant ce très court laps de temps,
Je suis de l’autre côté…
Du miroir…
L’autre…

18 commentaires:

Françoise a dit…

C'est vrai cette sensation que tu décris. Tous les jours, le miroir nous renvoie notre visage, sans que l'on y prête vraiment attention. Mais si l'on prend le temps de se regarder, c'est vrai que l'on a une seconde d'hésitation. "Est-ce bien moi, cette femme, qui me regarde ?" Sentiment bizarre, parfois, oui, de regarder une inconnue...
J'ai ressenti cette impression, moi aussi, Kat ;-)) mais, comme tu le dis, cela ne dure pas...

Belle fin de soirée à toi, douce amie.
Bisous du soir.

Karl Chaboum a dit…

En 1967 - ou aux environs de - il y eut l'ouverture du métro de Montréal. C'était le plus beau au monde ! Fini les tramways sur rails avec poteaux électriques. Quel rapport avec le miroir de Kat ? Tout un, et fameux.

Je dévoile une confidence qu'il ne faut ébruiter. Entré dans un wagon - qui était toujours bondé - je devais rester debout. Reste à savoir où regarder. J'avais 16 ans, touts et toutes à découvrir.

J'oeuvrais à autre chose: je regardais dans la vitre noire qui filait bon train. Regardais quoi ? Moi, Narcisse sans eau. En fait je me mesurais à mon entourage: plus petite, plus grosse, plus haut. Plongeais mon regard vers le bout du wagon, jamais de face, mais crûment, dans la vitre.

Nul ne découvrit mon subterfuge, et cela pendant des années, trop occupés qu'ils étaient... à faire de même.

Karl Chaboum a dit…

Secoué par le métro, un "t" s'est ajouté après 16 ans.

Professeur, effacez ce t qui fait bavure sur ce plat si minutieusement apprêté.

Bluebird a dit…

Je ne sais plus qui a dit que la vérité était un miroire brisé. Chacun en a ramassé un éclat et croit voir dedans l'ensemble de la vérité.
Joli texte, comme d'habitude.

Je t'embrasse fort, Kat
Thierry

Nina a dit…

Je me souviens d'une vieille dame face au miroir qui recouvrait la vue après 10 ans de presque cécité et qui s'écriait: "mais qui c'est cette vieille femme que je ne connais pas..."
Il y a parfois un décalage entre l'idée qu'on se fait de soi et l'image que renvoie le miroir.
Où est l'erreur?

Rom a dit…

J'ai vu pour la 1ère fois,le film "Orphée" de Cocteau (avec Jean Marais) lorsque j'avais dix ou onze ans.
Il m'avait fasciné, bouleversé, intrigué, apeuré.
Fort heureusement, la jeunesse balaye de futur immortel les questions existentielles.
Je l'ai revu dernièrement et cette fois une phrase, terrible, ne m'a pas échappé
« Les miroirs sont les portes par lesquelles la mort vient et va. Du reste, regardez-vous toute votre vie dans un miroir, et vous verrez la mort travailler, comme des abeilles dans une ruche de verre. » Mais bon je ne suis pas fâché avec les miroirs, il faut dire que je les choisis polis ;-)
Merci, Kat, pour ce moment de réflexion ;-) je t'embrasse

Kat Imini a dit…

Tu me rassures Françoise, je me sens moins seule, sourire, je t'embrasse fort.

Kat Imini a dit…

Karl merci pour cette belle histoire confidence, merci.

Kat Imini a dit…

Rien de grave Karl, c'était un Thé vert, plein de finesse.

Kat Imini a dit…

Belle citation sur la vérité Bluebird, sur la perception de la vérité surtout, je t'embrasse fort.

Kat Imini a dit…

Y a-t-il une erreur Nina ? Un décalage surtout entre l'âge que l'on a et celui que l'on perçoit. Physiquement, le temps est plus perceptible, mais chasser les traces du temps n'empêche en rien ce dernier de continuer sa route, c'est juste me semble-t-il, rien ne sert de ramer en sens inverse, mieux vaut suivre le courant en se délectant du paysage.

Kat Imini a dit…

Rom, merci pour ta réflexion posée ici, cependant il faut savoir je crois goûter à chaque étape de sa vie. Est-ce le miroir ou notre regard qui déforme le plus ?

Rom a dit…

Cependant, Kat?
Je ne vois rien dans mon commentaire pouvant laisser penser le contraire.

Kat Imini a dit…

Rom désolée si mon "cependant" t'a dérangé. C'était juste pour "balancer" "regardez-vous toute votre vie dans un miroir, et vous verrez la mort travailler", c'est tout, sourire.

Anonyme a dit…

Soi, l'image au miroir et le temps... C'est un peu comme ces deux images stéréoscopiques, anciennes, il faut les regarder ensembles, ajustées, les superposer pour qu'une NOUVELLE image apparaisse.Encore une fois surpris par nous-même, le narcissisme insatisfait, l'égo sur une nouvelle route... vite sortons et trouvons quelqu'un avec qui converser, nous nous rassemblerons et nous réconcilierons avec nous même.

... Vous verrez la mort travailler ... Monsieur Cocteau, il est des transparences assassines : dans une ruche de verre, sous le soleil de la vie (?)nous verrions les abeilles mourrir les unes après les autres et ensemble ! Les filets de miel et de cire serait larmes qui déchireraient de leur acidité l'argent du miroir et le regardant se perdrait dans un lointain vitreux, le visage lacéré.

Inconnue ? Spéculation : N'est-ce pas la même femme à deux moments séparés, sous deux angles de vue, l'autre, disiez-vous Kat, ANGLE DROIT et LE MIROIR ?

aNNonYme

Kat Imini a dit…

aNNonYme, j'aime beaucoup cette phrase qui est très juste : "vite sortons et trouvons quelqu'un avec qui converser, nous nous rassemblerons et nous réconcilierons avec nous même."
Je ne pense pas que ce soit la même personne sur ces deux photos, mais rien n'interdit de le croire.

Anonyme a dit…

Kat... c´etait un effet de langue... je n´ai pas rechercher les ressemblances... je vous ai laisse un petit message sup sur angle droit...
Bonne soiree d´Allemagne sans accents.
aNNoYme

Kat Imini a dit…

Bonne soirée à vous aussi aNNoYme