vendredi 7 octobre 2011

Trilogie en noir et blanc (3/3)

(Malte - Photo de Marie)

Le troisième larron,

Un chien,
Il se retourne,
Lui,
Se sent regardé...
L'instinct, peut-être...
Peut-être est-il plus à l'écoute ?
Moins dans sa tête...
Il n'a pas de collier,
Est-il perdu pour autant ?
Il "semble" avoir trouvé
Sa place,
Lui au moins...
Il ne lui manque que la parole
Diraient certains,

Il suffit d'agrandir l'image
Pour se rendre compte
Que son regard en dit long...

7 commentaires:

Françoise a dit…

Il mérite d'être agrandi, en effet, car son regard en dit long, c'est vrai... Et je suis sûre qu'il pense : "mais qu'est-ce qu'ils sont compliqués ces humains !"...

Tiens, je vais peut-être retourner à un atelier d'écriture, Kat ! Je sens qu'il y a matière à... :-)

Encore une fois, je t'embrasse,
et te souhaite une douce nuit.

The Bluebird a dit…

J'adore cette série de photos et l'adéquation du texte que tu y adjoins. Vraiment bravo, Kat.
Je t'embrasse fort.
Thierry

anne des ocreries a dit…

Superbe, cette photo ! - " bon, alors, 'tu fous ? tu comptes te poser encore des tas de questions au lieu de vivre ? on bouge quand ?!"

Les chiens ont besoin de beaucoup de patience pour nous endurer, eux qui sont si simples, nous qui ne savons plus l'être.....

JC a dit…

"Je crois bien que les deux personnes précédentes disaient :"Quelle vie de chien !"
Serais-je enfin compris ?"
Excellente série

une libellule a dit…

heureuse de te relire sur des accompagnements de photos (même si le canada c'était chouette!), belle série!
bises

Anonyme a dit…

Ce chien fut une belle rencontre, il m'a dit beaucoup...merci encore pour tes mots, bises! Marie

Kat Imini a dit…

C'est bien possible Françoise, j'aime beaucoup ce regard à la fois triste peut-être, mais surtout bien présent. Je t'embrasse aussi.

Merci Thierry, ces photos ont été faites par Marie, une personne qui m'est très chère, j'ai aimé posé mes mots sur ces images qu'elle m'a offerte. Je t'embrasse fort.

Certainement, Anne, que les chiens ne doivent pas comprendre cette complexité qui n'amène pas à grand chose.

JC, belle synthèse, amicalement.

Une Libellule, moi aussi heureuse de te relire, j'ai bien aimé tes mots "accompagnement de photos", j'ai eu la sensation un instant d'être un peu musicienne. Je t'embrasse, à bientôt.

Marie, je n'en doute pas, il s'est retournée sur toi, il t'a vue, je suis certaine qu'il s'en souvient encore. Merci pour tes photos que j'aime vraiment, j'aime ton oeil, j'aime qui tu es, je t'embrasse fort.