jeudi 6 octobre 2011

Trilogie en noir et blanc (2/3)

(Malte - Photo de Marie)

Et elle,
D'où vient-elle ?
Où va-t-elle ?
A-t-elle cherché à le suivre,
A le rattraper ?
Le connait-elle seulement ?
Tant de vies qui se côtoient,
Avec ou...
Sans perpendiculaire
Qui pourrait les relier...
Ou peut-être...
Joue-t-elle à la marelle,
De Terre à Ciel ?
Sous l'influence...
D'une bouffée d'enfance...
Sort-elle de ce numéro 3
Qui semble s'imposer
Au premier plan...
Jamais 2 sans 3...
Il manque donc
Une autre photo...

6 commentaires:

anne des ocreries a dit…

Il a plus, elle prend le frais en cherchant son reflet sur le sol mouillé......si elle pensait à lever le nez, elle verrait toute la beauté qui l'entoure ! :)

JC a dit…

Elle est sans doute un peu à l'é...troit
Style que j'aime vraiment beaucoup et ce n'est pas de la flagornerie
Amical mian

The Bluebird a dit…

Elle est belle, cette photo, elle me fait penser au sud - peut être même au fado, si cette femme était vêtue de noir.
Jouer seule à la marelle n'a rien de bien amusant - sera-t-elle rejointe sur la photo numéro trois ?
Je t'embrasse fort, Kat.
Thierry

Kat Imini a dit…

Je ne sais pas si il a plus Anne, elle n'a pas moins, sourire. Qui te dit que ce qu'elle voit de la pluie sur les dalles ne l'inspire pas. Et puis, rien ne l'empêche après de lever la tête, tu as raison.

JC, ou même à l'é... trop loin, qui sait... Merci pour ton compliment que je savoure, je ne pense pas que la flagornerie soit ton style, je pense, le peu que je te connaisse à travers tes écrits ou tes commentaires, que tu es sincère et aussi que tu n'aimes pas blesser, si tu n'aimes pas, tu ne dis rien, enfin je crois. Amicalement (c'est mieux avec le i, c'est plus doux et sans le "jeu de mots" que tu m'as fait découvrir, amical ment, c'est moyen).

Oui tu as raison, il y a du Portugal dans ces photos de Malte, le fado, en vrai là bas, des frissons en écho qui me reviennent. J'ai souvent joué seule à la marelle, je résolvais aussi des équations sur un tableau noir, tu sais jouer c'est mieux que souffler. Je t'embrasse très fort.

Françoise a dit…

Elle était l'aimée, elle ne l'est plus, elle a des regrets...
Elle ne lira jamais les feuilles jaunies, elles ont été emportées par le vent... et l'oubli...

sourire... Eh oui, Kat, j'écris la fin de l'histoire... :-)

Je t'embrasse fort.

Kat Imini a dit…

Sourire Françoise, la fin n'est pas très gaie... Mais le printemps va revenir... Je t'embrasse fort.